Souvenir d’ancien combattant

Aujourd’hui, rien que pour entrer dans un lieu public, il faut lire 3 pages de recommandations, signer une décharge, vous laver à la Bétadine, vous habiller avec des sacs poubelles Handy Bag et faire 5 tests PCR. Il est bien loin le temps où tout le monde s’en battaient les couilles de l’hygiène collective. C’était il y a moins de 2 ans, j’entre dans le resto indien où il règne une atmosphère de zouk marocain. On est très loin du velours, de la flanelle et des discutions feutrées. Il est 19h45, je m’installe au Punjab Princesse. À peine mon cul à t-il touché la chaise inconfortable que le serveur aussi roux que pakistanais, je ne savais même pas que cela pouvait exister, pose une bière indienne devant moi. Je n’avais rien commandé, mais j’avais soif, comme j’avais déjà la chiasse, autant finir le taf, me suis-je dis, d’autant que je ne suis pas entré dans ce trou du cul du monde dans un objectif de calbute immaculé !

Je commande un curry d’agneau avec un cheese nan et un côte du Rhône aussi infecte que la bière, je sors un livre porno « spécial rapports épicés et copulations pimentées » et je savoure mon vendredi, peinard et décontracté du gland. Le serveur arrive avec mon curry et me demande quel dessert je vais prendre. Déjà … ! il est pressé de fermer sa turne avant que les inspecteurs de la DDCSPP ne réalisent un contrôle sanitaire ou quoi ? D’autant que prendre un dessert dans ce type d’endroit est aussi risqué que d’avaler 2 litres de méthanol au-dessus d’un bec de gaz ? Mon voisin est en train de s’étouffer avec le sien de dessert, un tas nauséabond de graine de porc à l’huile de colza baignant dans un sachet de gravas, le tout inséré dans un pot-pourri parfumé au sésame fermenté à la pisse de vache sacrée. Le type est passé du vert au mauve en moins de temps qu’il lui a fallu pour pisser sur sa chaise. J’ai à peine fini de saucer ma sauce curry avec un bout de cheese nan froid que le loufiat me claque la note aussi épicée que le curry. J’ai payé et je me suis tiré rapidos avant que la chiasse me gagne. C’est complètement fou, mais aujourd’hui, je rêve de passer des petites soirées comme ça ! En attendant, je bois presque seul …

Légère réduction à l’ouverture, un petit carafage plus tard, le nez s’ouvre sur de fines notes de terre, de cassis, poivron, épices et cacao. La robe comme la bouche a de petites traces d’évolutions. C’est frais, vif, belle acidité structurante, de la rondeur, des tannins fondus, une minéralité affirmée, une matière précise, riche, profonde et une longue persistance. Superbe Trévallon 2005

Un peu le même profil que le 2005, un nez séducteur, très classe, olive noire, balsamique, cassis, cerise, épices, réglisse, cacao et léger poivron. La bouche est charpentée, puissante, pleine, les tannins sont fins, l’ensemble est précis avec une longue finale balsamique. Très beau vin, un beau millésime de Trévallon. Trévallon 2009

Super toscan élaboré à partir de cépages français : 80% de cabernet sauvignon, 15% de cabernet franc, 5% de merlot (moyenne selon millésimes), assemblage qui lui vaut le qualificatif de plus bordelais des grands vins italiens. Une robe très noire, un premier nez très classe, un brin monolithique, poivron, cassis, cèdre. La bouche est puissante, dense et structurée. Les tannins sont très présents, mais pas durs, l’ensemble est classe, aristocratique, mais manque de fraicheur et d’originalité. Un vin clivant. Très bien Sassicaia 2011

Vinifié en vendange entière, les vins du domaine Jamet se distinguent par leur élégance, leur finesse et leur chair magnifique. Un nez envoûtant, viandé, lardé, sur la violette, les fruits noirs, les épice et le moka. Une bouche ronde, puissante et douce, des tannins fins et doux et une longue persistance minérale. Superbe Domaine Jamet Côte Rôtie 2012

Belle robe grenat très sombre aux reflets violine. Le nez est pétaradant, sur les fruits rouges, la violette, les épices, ce n’est pas très complexe mais très gourmand. La bouche est fruitée et désaltérante, simplement bonne. Un beau vin de soif qui se boit trop vite. Un générique à ce niveau, c’est hallucinant ! Domaine Jamet Côte du Rhône 2019