Le maitre d’arme

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent leur tombe.  Il fait bon vivre aux États-Unis d’Amérique. Ce pays où n’importe quel enfant peut devenir le prochain Lincoln … et finir sous les balles d’un psychopathe. Après la dernière tuerie, Trump n’a pas parlé une seule fois des armes à feu, il s’est rangé derrière les arguments de la NRA (National Rifle Association). Le tueur était un déséquilibré, la preuve, il portait une casquette « Rendons sa grandeur à l’Amérique« . La seule proposition du Président des États-Unis des flingues : « Pour arrêter un méchant qui est armé, il faut un gentil qui est armé« .

Il faut donc armer les profs. Aux USA, le budget des prisons est supérieur au budget des écoles, normal alors que les écoles américaines ressemblent à des prisons. Mais comment ce pays a dérapé ? Où est le problème ? Le problème, est-ce les gens ou les armes ?

 

Armer les profs, quelle idée brillante ! Comme ça, les élèves vont être attentifs, sinon le prof tire une sommation. Quand on connait le pourcentage élevé de problèmes psychologiques chez les enseignants, on peut être certain, qu’un jour, un prof en crise, devant une classe irrespectueuse et chahuteuse, dégainera son gun et se fera son petit massacre perso bien peinard. Pour éviter que les écoles se transforment en stand de tir, il faut aussi armer tous les élèves. On ne sait jamais, comme ça, si le prof dérape et fait un carton sur ses élèves, les élèves pourront riposter. Allons encore plus loin, il y a eu un massacre dans un cinéma, armons les guichetiers et les ouvreuses. Il faudra aussi armer les cinéphiles, on ne sait jamais, une ouvreuse peut être mécontentes de son pourboire et faire un carton sur les spectateurs. Tu me diras, un spectateur peut être mécontent du film et faire un carton sur les projectionnistes. S’ils sont armés, ils pourront riposter. Il y a aussi eu un massacre dans une église. Armons les prêtres et leurs ouailles. Une petite fusillade sous la croix n’a jamais fait de mal à personne. Bienvenu dans un monde de liberté où tout le monde s’entretue gaiement et surtout, librement.

Soigner le mal par le mal et oublier de soigner la cause. Voilà bien une réponse de Donald. Tu me diras, élire un type qui s’appelle Donald, c’est déjà prendre le risque que cela tourne mal. Répondre aux psychopathes fabriqués par un système historiquement, socialement et psychologiquement violent en armant les enseignants, c’est juste transformer les établissements scolaires en Fort Alamo… Le massacre de Columbine, c’était il y a 20 ans, et rien n’a changé. Pourtant, la solution est évidente et de nombreux pays l’ont adoptée.  La sécurité des enfants devrait être un sujet non clivant, peu importe ses convictions politiques, tous les parents devraient pouvoir envoyer leurs enfants à l’école sans avoir peur de ne plus jamais les revoir. Il y a un parti qui prétend protéger les fœtus mais qui est partisan de la liberté sur les armes. Ils protègent les fœtus mais ne font rien pour les enfants une fois nés ! Il y a 20 ans, Columbine a été un choc. Le dernier massacre est passé comme un accident de voiture, un simple fait divers. Dans une voiture, on a des ceintures de sécurité, des sièges auto pour les enfants, des airbags, des mesures de sécurité. Pour conduire une voiture, il faut passer un examen. Pour détenir un AR15, une arme automatique de guerre, aux USA, aucun permis n’est obligatoire, même pas un casier judiciaire vierge.  Partout dans le monde, les profs n’ont pas besoin d’armes, ils ont besoin de livres, de feutres effaçables, d’ordinateurs et de vidéoprojecteur qui marche … Ce serait déjà pas mal …